Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog en français de Karim METREF
  • Le blog en français de Karim METREF
  • : Pensées, articles, lettres, Interviews, dossiers, photos, audios, vidéos et autres documents sur tout et sur rien en particulier. Elucubrations d'un esprit (di)vaguant.
  • Contact

Recherche

Liens

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 16:41

laonf---manif.jpg

Six mois se sont écoulés depuis la fin des dernières élections législatives en Irak. Six mois et il n'y a pas encore l'ombre d'un gouvernement. Le pays verse dans le chaos, mais la communauté internationale semble regarder ailleurs.

 

Les listes qui sont sortie dominante de ces élections sont , dans l'ordre: Liste Al Iraqia (considérée transversale aux groupes religieux et laïque - tendance nationaliste arabe); Liste «L'état de droit" (du chef du gouvernement sortant, Al Maliki - considéré comme la plus «arabiste» parmi les courants chiites); Liste «Coalition Nationale» (mixte chiite - plus proche de l'Iran) et la Liste Alliance du Kurdistan (mixte partis nationalistes kurdes - laïque et très proche des choix stratégiques américain dans la région).

 

Chacune de ces listes compte en son sein au moins un groupe qui a une milice armée et a un contrôle militaire et politique sur une région précise du pays. Pratiquement dans l'état actuel des chose, aucune n'a intérêt à revenir à une application stricte de la constitution. Parce que cela conduirait à la perte de leur pouvoir, du moins de celui militaire, sur les zones précédemment contrôlées.

 

6 mois que le pays n'a pas de gouvernement. 6 mois que les services à la population, déjà pauvre avant, vont de mal en pis. 6 mois que ceux qui ont le pouvoir, de fait, l'exercent en dehors de toute légitimité constitutionnelle. 6 mois que les forces armées des différents partis politiques et coalitions tentent de fermer les espaces aux quelques libertés et droits restés disponibles: mesures et décrets (inconstitutionnels) restreignant le droit d'expression et droit de manifester.

 

6 mois pendant lesquels les journalistes et les défenseurs des droits humains ont été harcelés, arrêtés et tués, y compris dans le "pacifique" Kurdistan sous contrôle des deux partis traditionnels Kurdes (PDK et l'UPK tous deux amis des "démocratisateurs" occidentaux). 6 mois pendant lesquels le ministre de l'énergie essaye de tuer les jeunes syndicats irakiens dans l'œuf, en faisant une lecture très personnelle de la loi de lutte contre le terrorisme.

 

Tout cela se déroule dans un silence total de la presse et de la communauté internationale.

 

Qui a entendu parler du fait que l'Irak n'a pas de gouvernement légitime?

 

Quel journal a signalé les abus des Amis des seigneurs de la guerre amis des forces d'occupation?

 

Quel chef du gouvernement a exprimé sa préoccupation au sujet de la dérive totalitaire dans laquelle verse le le pays, avec ce gouvernement abusif qui augmente son pouvoir jour après jour y compris par la création d'armées et de forces spéciales occultes? (Thème révélé par Imad Al Ebadiy, journaliste assassiné parce qu'il a osé dénoncer ce fait troublant)

 

Quelle est l'institution internationale qui a exprimé sa solidarité avec les syndicats attaqués et reprimés partout dans le pays?

 

Qui est allé aux côtés des associations et du peuple irakiens qui depuis des mois protestent et appellent à un retour immédiat à la légitimité constitutionnelle?

 

La réponse est: personne!

 

 

Aujourd'hui, qui lit les journaux généralistes ou regarde la télévision dans le monde sait tout (en termes de "où", "quand", "comment", mais pas de "pourquoi") de tout attentat, grand ou petites, qui frappe le pays. Mais ne sais rien à ce sujet.

 

Évidemment, si d'une part personne n'en parle publiquement, en privé il ya une activité intense de négociations plus ou moins secrètes.

 

Le réseau LAONF (non-violence: http://www.laonf.net/) après une semaine de manifestations dans tout le pays, dans sa déclaration finale, dénonce «le fait que les négociations pour la formation du gouvernement ont déserté leur lieu naturel (le parlement irakien) pour se tenir en dehors des frontières du pays dans un jeu de puissances et d'intérêts stratégiques entre les puissances mondiales et régionales. "

 

Le tout se joue en fait entre les États-Unis, l'Europe, l'Iran, la Turquie et les voisins arabes. la mise sur la table sont les équilibres régionaux et des ambitions internationales de l'autonomie et l'expansion d'autres, les intérêts des entreprises, des gouvernements, des services d'espionnage privés et publics, des armées, milices et groupes armés plus ou moins légaux, plus ou moins privés, des terroristes locaux et internationaux, des mercenaires de diverses nationalités, des traficants de tout ce que l'on peut imaginer y compris les êtres humains ... etc etc etc

 

 

Un mélange explosif qui nous laisse pré-sentir que, quoi qu'il arrive, on ne sait pas qui va gagner, mais on ne sait que trop bien qui sera le grand perdant:certainement le grand perdant: comme toujours, la population civile!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Karim METREF
commenter cet article

commentaires