Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog en français de Karim METREF
  • Le blog en français de Karim METREF
  • : Pensées, articles, lettres, Interviews, dossiers, photos, audios, vidéos et autres documents sur tout et sur rien en particulier. Elucubrations d'un esprit (di)vaguant.
  • Contact

Recherche

Liens

12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:09

Cette lettre je l'ai écrite en italien en réponse à l'amie Igiaba Scego jeune écrivain d'origine somalienne qui avait publié un éditorial intitulé "Non al mio nome" (pas en mon nom). Je remercie Amina Bouraoui pour la traduction.

Chère Igiaba,

Ces jours-ci, nous allons être mis sous pression et les prochaines campagnes électorales seront faites sur notre dos. Les xénophobes à travers l'Europe sont en extase et les establishments de l'Europe qui n’ont pas de réponses à donner à la crise se feront un plaisir de ressusciter le vieil épouvantail pour ramener les moutons apeurés dans l'enclos.
De tous côtés, on nous demande de nous dissocier, d'écrire que nous sommes avec Charlie, de condamner, de prouver que nous sommes de bons immigrés, bien intégrés, dignes de vivre sur cette terre de paix et de liberté.
Eh bien, bien qu’évidemment je condamne cet acte, comme je condamne toute violence, je ne me dissocie de rien. Je ne suis pas intégré, et je ne demande pardon à personne. Je n’ai tué personne et je n’ai rien à voir avec ces gens là. Ceux qui demain, déclareront la guerre à quelqu’un au nom de ce crime, ne peuvent certainement pas en dire autant.

Tu dis: "Aujourd'hui, on m’a déclaré la guerre. Décimant militairement la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo, on m’a déclaré la guerre. Ils ont utilisé le nom de Dieu et du Prophète pour justifier l'injustifiable. Comme Afro-européenne et musulmane, je ne suis pas d’accord. "
Moi, avec ces gens-là, je suis en guerre depuis trente ans. Je les affrontais avec le poing, à l'époque jeune étudiant à Alger, et avec les paroles et les actions depuis lors et jusqu'à aujourd'hui. Depuis trente ans, je les combats et ça fait trente ans que le système de l'OTAN et de ses alliés les soutiennent régulièrement tous les dix ans pour fomenter une guerre ici ou là.
Moi aussi je suis Afro-européen, je suis originaire d'un pays à majorité musulmane, mais ne me considère pas un musulman: je ne suis pas pratiquant, je ne suis pas un croyant. Mais moi aussi je ne suis pas d’accord. Je ne suis pas d’accord avec ces fous, je ne suis pas d’accord quand ils le font à Paris, et je ne suis pas non plus d’accord quand ils le font à Tripoli, Malula ou Qaraqush.
Je ne suis pas avec eux et je ne suis pas avec ceux qui les arment, et puis les bombardent un jour plus tard. Je ne suis pas dans cette histoire dans son ensemble et pas seulement quand elle frappe le cœur de cette Europe construite sur "les valeurs de la coexistence et de la paix." Parce que je dis que cette Europe doit être construite sur des valeurs de paix et de coexistence ailleurs aussi, pas seulement en interne (si on admet qu’elle le soit).
Tu dis que ceci n’est pas l'Islam. Je dis que ça aussi c’est l'Islam. L'islam appartient à tous. Qu’ils soient bons ou méchants. Et comme il arrive avec n’importe quelle religion, tout le monde en fait un peu ce qu'il veut. Il l’adapte à ses propres convictions, peurs, espérances, et intérêts. Dans les heures qui viennent, des communiqués arriveront des mosquées et des centres islamiques, en masse, ne t’inquiètes pas. Tous (ou presque) se dissocieront de cet acte criminel. Un autre Abu Omar disparaîtra de la circulation pour n’embarrasser personne. La Ligue du Nord (parti xénophobe italien) et autres vautours se nourriront de cette histoire pendant des mois, voire des années. Et nous, nous ferons à nouveau tout petits, en attendant la fin de la tempête. Comme nous faisons à chaque fois après ces attentats (peut-être) commis par le même réseau que l'OTAN avait créé un jour pour combattre une des ses sales guerres.
Ils créent des monstres et puis, quand ils se retournent contre eux, nous devons présenter des excuses, nous dissocier et nous faire petits. Ce jeu ne m’intéresse plus. Je ne demande pardon à personne et je ne me dissocie de rien. Je dois prétendre à des excuses. Je dois demander à ces messieurs de se dissocier, définitivement, pas en alternance, de ces gens là : amis en Afghanistan, puis ennemis, amis en Algérie, puis ennemis, amis en Libye et puis ... pas encore ennemis, mais ennemis au Mali voisin, amis en Syrie puis maintenant à moitié amis et à moitié ennemis ... je n’ai plus de patience pour ces jeux macabres. J’envoie au même enfer à la fois ces monstres, et les sorciers de l'OTAN et des pays du Golfe qui les ont créés et qui les maintiennent en vie depuis des décennies. Je les envoie tous en enfer et je m'en vais faire un tour en cette nuit d'hiver qui fleure presque le printemps ... que j’espère « non arabe ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Karim METREF
commenter cet article

commentaires