Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog en français de Karim METREF
  • Le blog en français de Karim METREF
  • : Pensées, articles, lettres, Interviews, dossiers, photos, audios, vidéos et autres documents sur tout et sur rien en particulier. Elucubrations d'un esprit (di)vaguant.
  • Contact

Recherche

Liens

15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 15:30

Te voila donc Lampedusa. goutte de terre au milieu d'une mer d'eau. Goutte d'espoir au milieu d'une mer de problèmes. Reine des illusions. Lumière de tant de papillons. Miroir d'alouettes innombrables. Te voila en face de moi. 

Un morceau d'Europe arraché à l'Afrique dans une histoire oubliée de l'histoire. Porte de l'Empire. Frontière de l'opulence. Combien d'âmes perdues en mer t'ont rêvée comme le salut final? Combien de corps brûlés par le soleil et le sel se sont trainés vers tes rives? Combien sont arrivés et combien ne l'ont jamais pu? 

Quel sort terrible est le tien! Terrible destin qui met sur tes maigres épaules le sort de tant de désespérés. Terrible mission, pour toi si frêle, de servir de barrière à une forteresse si grande et tellement attrayante. 

8 mille habitants et quelques hectares, entre deux continents. L'un trop riche, l'autre trop pauvres. Et toi, là, au milieu, sans trop savoir quoi faire.

 

Aujourd'hui, la prison qui abritait les rares survivants qui réussissaient à te rejoindre sont vides. Aujourd'hui, personne ne se jette entre tes bras. Aujourd'hui, l'empire a décidé de te soulager du poids des damnés qui te cherchent comme la porte du salut ... en les renvoyant vers l'enfer. 

Tes prisons sont vides, mais tu n'as pas l'air heureuse. Tu as repris tes fonctions d'île paisible pour touristes insouciants, mais toi tu ne me semble pas sans soucis. Tes baies ont recommencé à chanter, mais elle n'ont pas l'air heureuses. 

Sur ton port luxueux plane le son des sirènes d'une centaine de vieux chalutiers rouillés perdus dans la nuit. Au milieu des corps bronzés allongés sur tes plages, errent les fantômes de nombreux naufragés.

 

Te voilà donc. Tu as tout pour être heureuse mais tu es loin de l'être. 

Je vois un voile léger, presque imperceptible, couvrir ton sourire commercial.

D'un symbole de bonté ils ont fait de toi le bastion du mal. Mais ce n'est pas ta faute. Tu n'es qu'une ile minuscule et l'empire est trop puissant et trop impitoyable. 

Une goutte de terre au milieu d'une mer d'eau. 8 mille habitants et quelques hectares, entre deux continents. L'un trop riche e l'autre trop pauvre. Et toi, Lampedusa, là, au milieu... qu'ont-il donc fait de toi?!

Partager cet article

Repost 0
Published by Karim METREF
commenter cet article

commentaires